Articles Tendancieux/Les Torchons de Charles

Mécanismes de l’Empire

Les principaux mécanismes de l’Oligarchie Capitaliste.

Conditionnement :. L’Empire doit créer un environnement où un seul fonctionnement établis sur des règles et des objectif unique et inaliénable est possible, une société qui ne peux subsister que par les valeurs qu’elle prône. Inculquer les valeurs du capitalisme moderne comme étant l’unique voie respectable pouvant être empruntée par l’homme amène la soumission à ces valeurs. Les personne qui dénigrent ses valeur étant considérer comme marginale, contre-société et donc coupable de délit.

Diabolisation : L’Empire crée un climat hostile envers toutes doctrines contraires aux idéaux du capital (démocratie) en accusant ces doctrines d’être extrémiste et autocratique. L’Argentine, Cuba, le Chili ou encore, le Congo, sont autant d’exemples de l’acharnement de l’Empire, et de la peur qu’il ressent, envers les systèmes indépendants, et réellement démocratiques, pouvant se passer de « l’aide » des superpouvoirs. Il est vital pour lui de les détruire au nom de valeurs morales servant d’excuses pour les populations occidentales.

Argent : Pour asservir ses peuples, l’Empire leur à offert un besoin inconditionnel, vital et même obligatoire : la monnaie. Il n’est pas envisageable pour quelqu’un naissant au sein d’une superpuissance capitaliste d’espérer « réussir » au sein de cette société sans posséder. La possession est le but primaire de l’homme moderne. Sa réussite lui apporte le respect de l’état tout comme des autres personnes. Le principe de l’argent est de creuser un écart entre les personne pouvant s’adapter aux principes prônés par l’état et ceux qui ne peuvent/veulent pas forcément vivre leur vie dans l’unique but de faire marcher son pays de cette manière.

Aliénation/Travail : Pour asservir le peuple aux doctrines de sa politique, l’Empire force celui-ci au travail, à l’emploi, contre une rémunération. Ils culpabilisent les couches de la population sans travail, et assignent les plus pauvres aux tâches abrutissante. Le travail est désormais une marque sociale hiérarchique, un argument contre les idéaux humaniste. Les personnes riches ont l’impression que leur travail est synonyme de réussite, que l’argent accumulé n’est que récompense. Cela crée des sociétés de compétition, où les plus fort dirigent les dits « faibles » (artiste, précaire…).

Consommation : En basant ses société sur la consommation, l’Empire crée un monde d’inégalité et de misère. Pour satisfaire les besoin grandissant qu’il a lui même apporté, il lui faut piller les richesses de pays coloniser par ses doctrines, dirigés par des dictateurs que l’Empire à lui même placé grâce a des coup d’état. Il finance les guerre dans les pays ressources afin de pouvoir alimenter les population occidentale de matériels inutiles, corrosifs pour la planète et pour l’homme. Par la publicité il conforte les gens dans leur obsession de la possession, il font de leur mode de vie le plus sain, le meilleur et le plus avancé.

Terreur : L’histoire nous a démonter que le meilleur moyens d’unir un peuple à des idées était de créer un ennemi commun, ennemi de cette société de liberté et de paix. Cet ennemi devant être insidieux, tentaculaire et terrifiant il se devait d’être soit une doctrine politique, soit une religion, et ce fût tout naturellement, après le communisme, le tour de l’islam de devenir cet ennemi commun. Ce faisant, l’Empire pu créer des lois liberticides s’appliquant à ses propres citoyens sous l’excuse de l’imminence de la menace terroriste. La torture, le pillage, les massacres furent tolérés dans les pays dit ennemis au nom de l’idéologie démocratique du capital, sous les applaudissements de fierté des populations aliénées de l’Empire Capitaliste. La méfiance et la peur sont les piliers les plus solides de l’Oligarchie Capitaliste.

Propagande : L’un des principaux mécanisme de l’Empire est l’utilisation massive d’une propagande insidieuse qui ne cesse de crier au bonheur qu’apporte la consommation et le matérialisme. En plus de dénaturé les chose (pire, l’être humain), elle envoi des message de soumission et de conditionnement. La télé étant considérer par les chercheur mais aussi par les agent de la propagande comme le meilleur moyen d’aliénation. Les informations prémâchées défilent, sans réellement jamais creuser le fond des choses et provoquent une méconnaissance finale du sujet chez l’individu qui se croit pourtant être devenu un fin connaisseur du sujet traité.

Démocratie : Le tour le plus habile de l’Empire fût sûrement de réussir à faire croire que toutes ces guerres, ces pillages, cette surconsommation, cet acharnement du travail (dans une société qui pourrait s’en passer si le désir de consommer n’était pas si élevé) étaient l’œuvre de l’établissement de la Démocratie. C’est ainsi que des centaines de millions de personnes pensent avoir une maîtrise de leur société en votant, tous les cinq ans, pour une politique similaire de tout bord, c’est à dire, dirigé par les corporation, les lobby et la finance. La vérité c’est que nous somme les esclaves du néo-imperialisme, ce n’est donc pas une dictature de violence et de terreur directe, mais un esclavage insidieux, basé sur un processus intense de rééducation des esprits et de conditionnement induit par la propagande et influence de l’esprit par des techniques avancé de contrôle des masses.

Ce n’est bien sur pas les seul outils, il existe un vaste palette d’acte anti-démocratique, voir anti-humain, que l’Empire utilise pour parvenir à ses désir de conquête mondiale des esprits.

 Charles K

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s