Articles Tendancieux/Les Torchons de Charles

La Maladie Moderne

Nous sommes malades, malades et faibles. Nous somme fous. Non. Ils sont fous. Tous les citoyens modèles du Monde Moderne. Ces âmes dévouées à la pérennité de leur société, à la subsistance de leur façon ignoble de vivre. Moi, je ne suis pas fou. Je suis éveillé, humain et normal. Vous me dites que je suis la tache, le parasite, voire même, le terroriste – enfin, on vous dit et vous croyez – pour la seule raison que je ne cautionne pas votre façon d’évoluer; parce que je rejette votre société, vos idéaux, vos fausse vérité, alors je suis un paria.

Pourtant vous pensez m’avoir tout offert. Un logement, un travail, et de quoi vivre jusqu’à maintenant.

Grâce à votre fausse abondance, vous me couvrez d’appareils inutiles pour moi, vous créez mes besoins, et moi, je doit croire que tout cela est inépuisable et infini et que surtout, cela m’apportera le bonheur. Votre modèle de perfection m’offre tout ce que je désire, à moi et mes con-citoyens.
Je dois alors rembourser cette fausse abondance par un travail astreignant, stressant. Je dois me perdre dans un système administratif éreintant. Vous organisez ma vie de façon à ce que le temps me manque pour m’organiser, pour profiter, pour vivre et respirer. Respirer votre air gris et pollué, reflet de votre société industrielle basé sur la mondialisation des ressources, matérielles ou bien humaines. Vous êtes fou, car vous détruisez votre santé dans un travail de plus en plus aliénant, de moins en moins communautaire. Vous haïssez les pauvres, responsables de tous les maux de votre monde moderne. Vous ne voyez qu’en eux faiblesse et assistanat . Vous avez peur que les sans-papiers volent l’argent de votre pays, pourtant bien acquis sur le dos des nations d’où sont issu ses même sans papier.

Vous êtes fou, pas moi. Vous glorifiez les gens milliardaires, les stars sans talent qui étalent leur richesse et leur pseudo bien-être dans les médias dont vous vous nourrissez chaque jour. Votre nourriture d’ailleurs, parlons en. Simple amas chimique bourré de conservateur et d’autre fabuleux produit de la société moderne. Vous mangez de la viande élevé en camps de concentration, en batterie, dans la pure infamie, et le plus grand secret. Vous fermez les yeux car savoir serait atroce. Vous ne voulez pas voir le sang sur vos mains grasses. Alors vous faites confiance en des hommes politiques esclave, encore plus que vous, des monstres de la finance. Vous votez, une fois tout les cinq ans, pour des pantins qui agitent une ou deux réforme populaires et qui condamnent encore pour cinq ans l’humanité à vivre sous le joug des banques, des armes et de l’argent. Et tout cela dans l’acceptation la plus servile. L’acquiescement sordide des masses face à la répression, au vol, et au malheur. Continuez de vivre sur le dos de million de pauvre gens dans le monde. Creusez pour vos ressources, polluez pour vos films, vos divertissements abrutissants.

Mais ne vous étonnez pas si les bombes autour de vous emportent, par pans entier, les murs de la société moderne. Car ce qui s’est bâtit sur des mensonge fragile, sur de l’irréel tel que que l’argent, ou bien sur des fondements éphémère tel que les ressources naturelles, est voué à l’extinction pure et simple. Extinction naissante de par ses pairs en colère, ou de par son environnement agonisant.

 

Charles l’amoral.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s